Référentiels - Adénocarcinome mucineux de l'ovaire
Télécharger l'arbre décisionnel

Présentation

Le carcinome mucineux de l'ovaire représente 10% de l'ensemble des cancers de l'ovaire (4% des stades avancés).

Dans les stades I de bas grade, les plus fréquents, le diagnostic différentiel peut être difficile avec une tumeur borderline, raison pour laquelle il est recommandé de faire un échantillonnage large de la tumeur (2 blocs / cm de tumeur dans les secteurs solides). Le diagnostic différentiel avec une tumeur métastatique digestive nécessite la réalisation systématique des endoscopies digestives au moins lorsque la tumeur est bilatérale ou fait moins de 10 cm.

Traitement

Dans les stades localisés, les critères pour la réalisation d'un traitement conservateur ou d'une chimiothérapie adjuvante sont les mêmes que pour les tumeurs séreuses. A stade égal, le pronostic des carcinomes mucineux est meilleur. L'atteinte ganglionnaire étant très rare, le curage apparaît non indispensable et ne justifie pas une ré-intervention.

Dans les stades avancés, l'efficacité de l'association carboplatine - taxol est significativement plus faible. L'utilisation de protocoles type « tumeurs digestives » fait l'objet d'essais cliniques en cours.

La surveillance consiste essentiellement en un examen clinique et un dosage des marqueurs élevés initialement (CA 125 ou CA 19-9 ou ACE) tous les 3 mois pendant 2 ans puis tous les 6 mois jusqu'à la 5e année puis une fois par an. Si un traitement conservateur a été réalisé ou si les marqueurs étaient initialement normaux, il est nécessaire de réaliser une échographie par voie endo-vaginale selon le même rythme.